La Chair Abolie

Poèmes

Extraits

 

Salut, Néant !

Vin dépeuplé de tout,

Même de l'orgueil

Nourricier

Qui réchauffait

l'intimité grelottante

De mes os nus

Aux plages

Dont la Vérité des hommes

Chassait la Mer

Et la Paix...

 

Aux plages pestiférées

Où je vais

Prostrant mes membres,

Inutiles amants

Du Vrai,

Irraisonnables complices

De la Fraude Beauté,

Je te salue,

NÉANT !

 

Viens t'asseoir

Au macabre festin de ma Liberté,

Notion immortelle

Et dérisoire...

Viens donc participer

À ce que je ne serai jamais !